Absorption

Nutrition

L'ALA se trouve naturellement dans les légumes à feuilles vertes comme les épinards, le pourpier, le cresson, les légumineuses, entre autres. Les autres sources comprennent les noix, le lin, le soja et l'huile de noix ainsi que l'huile dérivée (colza, soja, huile de noix ...), la margarine, etc.

Les meilleures sources de longues chaînes d'acides gras EPA et DHA sont les crustacés et les poissons gras comme les sardines, le thon frais, le maquereau, le saumon, le trigle, la truite, l'anguille et les anchois. Les poissons reproducteurs, tels que le saumon ou la truite, contiennent parfois beaucoup, mais parfois très peu d'acides gras oméga-3. La quantité est déterminée par la quantité d'huiles végétales ou d'huiles de poisson avec lesquelles ils ont été nourris.

Attention: Une huile riche en acides gras oméga-3 ne produit qu'un seul acide gras oméga-3, l'acide alpha-linoléique, à moins d'ajouter des huiles de poisson (sources d'EPA et de DHA) ou d'algues (DHA). C'est pourquoi la mention «oméga-3» sur les aliments n'est pas très claire car elle empêche de déduire si un ou plusieurs acides gras oméga-3 sont présents. Cependant, il devient de plus en plus clair que les trois types d'acides gras oméga-3 (ALA, EPA et DHA) sont complémentaires et doivent être présents dans le régime alimentaire en même temps.

Aliments enrichis

Enrichissement indirect par l'utilisation de graines de lin ou d'huile de poisson dans les aliments pour animaux ( par exemple pour les œufs et le lait).

Enrichissement direct par l'utilisation d'ingrédients ou d'extraits riches en acides gras oméga-3 (huile de poisson). Cela s'applique au pain, au lait, à la margarine, au fromage, au yaourt, au cacao, aux boissons gazeuses, au thé, aux biscuits, etc.

 

A l'instar de la France, le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) considère que:

• Un aliment est une «source d'acides gras oméga-3» lorsqu'il contient 15% de l'AJR de l'acide alpha-linolénique (2 g / jour) ou du DHA (0,12 g / jour) pour le mâle adulte pour 100 g, ou 100 ml ou 100 kcal;

• Contient un produit alimentaire « riche en acide gras oméga-3 gras » est dès que le 30% de la RDA de l'acide alpha-linolénique ou de DHA pour un homme adulte pour 100 g ou 100 ml ou 100 kcal.

Pixaby pills-3151089_640.jpg

De plus, la relation entre l'acide linoléique et les acides gras oméga-3 (ALA, EPA et DHA) doit être inférieure ou égale à cinq.

 

La quantité minimale recommandée est toujours exprimée par rapport à 100 g de produit (ou 100 ml ou 100 kcal). Ce n'est pas toujours pertinent, surtout dans le cas où il peut y avoir une différence significative entre la portion consommée et 100 g du produit. Par exemple, peut une margarine tartinable ou porter l'allégation « source d'acides gras oméga-3 », mais quand il vient 10g barbouillé sur deux tranches de pain, ce ne couvre que 1,5% de la RDA, qui est presque sans importance sur le plan nutritionnel. Pour considérer, il est donc conseillé de réduire les quantités effectivement consommées leurs parties partagent une contribution alimentaire « équitable » aux acides gras oméga-3 nécessaires.

 

Le CSS est également souligné que l'enrichissement des acides oméga-3 gras ne signifie pas que les aliments sont bénéfiques, car il faut aussi tenir compte des autres composantes de la nourriture, et, plus particulièrement, avec la composition des acides gras saturés, le cholestérol alimentaire et mono- ou disaccharides. L'addition d'acides gras oméga-3 pour le lait entier et le beurre, par exemple, pourrait conduire à une augmentation de la consommation de ces produits et donc augmentation de la consommation d'acides gras saturés, ce qui est défavorable dans le domaine cardiovasculaire.

Par conséquent, seuls les produits gras représentent moins d'un tiers de la valeur totale d'énergie, les termes « aide à rétablir l'équilibre en ce qui concerne les acides gras oméga-3. » Pour les produits qui contiennent plus de graisses, cette allégation ne peut être utilisée que lorsque la proportion d'acides gras saturés est limitée (maximum 30% des acides gras).

De plus, pour obtenir un effet bénéfique d'une bonne action cardiovasculaire, une denrée alimentaire ne doit pas contenir plus de 150 mg de cholestérol par 100 g ou ml.